Mon roi déchu

Mon roi déchu

No ficción , 2021

Stock

Páginas 200

« Il était une fois un prince. Qui fut charmant puis maudit. Il s’appelait Juan Carlos, ou Juanito pour les intimes. Il n’était pas exactement prince, il était petit-fils de roi. Mais d’un roi sans royaume, acculé à vivre en exil. Son vrai pays, celui sur lequel ses ancêtres Bourbons ont régné depuis trois siècles, est l’Espagne.

Après 40 ans de pouvoir dictatorial, Franco désigne, en 1969, Juan Carlos, ce play-boy docile de trente ans, ce militaire appliqué, comme successeur. Contre toute attente, notre prince falot devient un animal politique, transforme le visage de l’Espagne, la sauve d’un putsch en 1981, lui garantit une stabilité démocratique.  À  coup de trahisons et de complicités, de larmes et de satisfactions. Car derrière cet exploit politique et son charisme se cachent des drames personnels. Livré enfant à Franco l’ennemi, ballotté entre deux figures paternelles impitoyables, indirectement responsable de la mort accidentelle de son frère cadet, usurpateur de son père… Un prix lourd à payer, soigneusement dissimulé. Shakespeare n’aurait pas pu faire mieux. Le bannissement final en est même son apothéose. »

Que peut réunir une « fille de révolutionnaires » et un roi ? Pourtant, après avoir passé son adolescence en Espagne, Laurence Debray s’est intéressée à Juan Carlos Ier en historienne, écrivant sa biographie, puis l’a interviewé à la veille de son abdication, en 2014, pour un documentaire télévisé. Depuis, elle n’a cessé de dialoguer avec lui et de suivre les revirements de son destin. Jusqu’à lui rendre visite, en 2021, à Abou Dhabi où il s’est retranché, devenu, suite à des affaires, une figure réprouvée parmi les Espagnols, et un père trop encombrant pour le roi Felipe VI.